EMS 09 - Abstract- L’acousmoscribe, un éditeur de partitions acousmatiques

Autor: 
Jean-Louis Di Santo
Idioma: 
Fecha de Publicación: 
25/07/2009
Actividad en donde fue presentado: 
Tipo de publicación: 
Publicación

Abstract
L’acousmoscribe est un logiciel que j’ai conçu et qui a été développé par le SCRIME. Cet éditeur de partitions acousmatiques sera très prochainement proposé en téléchargement libre sur le site du SCRIME, et est basé sur l’unité minimale de la musique électroacoustique que j’ai décrite en détail (ems06). J’en rappelle rapidement la définition :

l’unité minimale (ou « phase ») se définit comme tout son présentant une unité de processus, quelle que soit sa durée.

Toute phase se décompose en 4 « profils » qui obéissent à 3 processus : augmentation, diminution ou stabilité : les profils mélodique, rythmique, harmonique et dynamique.

La notation va donc s’attacher à décrire les différents profils de chaque son, tout en ayant un souci de clarté (actuellement, l’acousmoscribe permet environ 20 000 combinaisons). Les notations les plus performantes (alphabet, solfège) sont toutes basées sur l’unité minimale. Cette notation symbolique s’est efforcée de respecter les réquisits syntaxiques et sémantiques établis par Nelson Goodman (Langages de l’art, 1990).

Les profils dynamique et rythmique :
Une boîte décrit à la fois les différentes dynamiques possibles et supporte les éléments de rythme et de grain. Sa longueur est égale à la durée du son.

une barre verticale à gauche indique un son décélérant, à droite un son accélérant.
Exemples:

 

Le même codage en pointillés et tirets peut s’appliquer à la ligne supérieure pour décrire le grain 

 

Le profil mélodique
Nous décrivons 5 tessitures : surgrave, grave, medium, aigu, suraigu.
Exemples:

 

La hauteur aléatoire (ou irrégulière) désigne des sons dont la hauteur varie de façon discontinue.
Nota bene : d’une façon générale, dans ce codage, les triangles ouverts signifient  irrégulier, quel que soit le profil auquel il s’applique ; les pointillés signifient serré, les points/tirets moyen et les grands tirets large.

L’allure se note par une légère ondulation qui se substitue aux traits droits représentant les profils mélodiques, et en adoptent toutes les variations (tessiture, calibre, aléatoire). L’amplitude se note par le nombre de courbes : 1 courbe = faible ; 2 courbes = moyenne ; 3 courbes = forte.
L’allure génère aussi un rythme. Sa notation sera donc prise en charge par la base de la boîte.

Le profil harmonique
Sa codification respecte les différentes catégories définies par Schaeffer, mais décrit également les processus.

 

Les signes + et – placés près des indications harmoniques désignent des sons dont le spectre s’enrichit ou s’appauvrit.

Cas particuliers
Les sons impulsifs, qui ont une durée très brève sans s’inscrire dans un processus ou une réitération, se notent par un trait vertical.

Quelques exemples de sons complets:

Les accents peuvent se noter à l’aide du clavier avec les touches < et >.

L’acousmoscribe peut noter toujours le même son sur chaque piste ou mettre en valeur les figures qui associent des sons différents. Dans ce cas, les sons différents sont disposés sur la même piste.

Chaque son est fabriqué dans une « palette » en combinant les différents profils pour obtenir une description complète. Ce nombre élevé de combinaisons permet de décrire des sons proches en montrant leurs ressemblances et leurs différences, ce qui est utile pour l’analyse musicologique.
Chaque partition sera imprimable.


Jean-Louis Di Santo

SCRIME (Talence, France)
Jean-Louis.Di-Santo@wanadoo.fr